Dolmen de Feuilles (Rouet, 34)

Dolmen de Feuilles (Rouet, 34)
(photo Albert Colomer, TDR)

mercredi 5 janvier 2011

Excursion du 30 décembre 2010

J'ai abandonné quelques temps la garrigue pour le maquis! Mes pas m'ont menée récemment en Corse, un autre pays riche en mégalithiques. J'ai d'abord fouillé dans le Sartenais, sur le plateau de Cauria (Sartène), une enceinte en rapport avec les deux sites de pierres dressées et de statues-menhirs de Stantari et Renaghju. Je parcours, en ce mois de janvier, les autres sites mégalithiques, c'est pour moi l'occasion de faire des comparaisons entre les différentes architectures funéraires du pourtour nord méditerranéen.

Le site du Monte Revincu

Situation géographique : le site du Monte Revincu se situe au nord de la Corse vers Saint Florent, dans la région des Agriates. Celle-ci est peu peuplée aujourd'hui et qualifiée de désertique. Le gisement préhistorique est localisé au sommet et au pied d'une montagne (le Monte Revincu) culminant à 356 m et dominant la plaine de Casta.

Type de gisement : plus d'une cinquantaine de structures, regroupant à la fois des habitats et des sépultures datant de la fin du V° millénaire av. J.-C.

Historique : Ce site a été inventorié en 1893 par Adrien de Mortillet dans son rapport sur les mégalithes de la Corse. A partir de 1996 plusieurs fouilles seront initiées ainsi que des prospections dirigées par Franck Leandri (S.R.A de Corse).

Attention !!! Ce site n'est pas vraiment ouvert au public, les structures y sont fragiles. Je n'indiquerai donc pas le cheminement exact pour y accéder. J'ai eu, moi, l'occasion de le visiter en compagnie d'un archéologue dans le cadre de mon travail de recherche.
Si toutefois vos pas vous mènent jusqu'aux dolmens, RESPECTEZ ces monuments, ne montez pas sur les orthostats, ni sur les tumulus. Ce sont des témoins précieux des modes de vie et de pensée des hommes préhistoriques et il est important, pas seulement pour les scientifiques, de sauvegarder ce passé.
Si vous vous voulez en savoir plus, toute une bibliographie est associée à ce site (cf fin de cette notice).

Je présenterai ici seulement les sépultures principales :

Le sol étant granitique, il ne permet pas la conservation des ossements, la fonction sépulcrale de ces structures reste donc incertaine.

Le dolmen de la casa di l'Urco


Ce monument est construit sur un ancien coffre (on distingue encore quelque unes de ces dalles à l'arrière du chevet) datant du dernier tiers du Vème millénaire. La chambre funéraire du dolmen fait environ 4 m2 et est composée de deux orthostats très endommagés, d'une dalle de chevet débordante de chaque côté des piliers, et d'une dalle de couverture. On y accède par un couloir de 3 m de long construit en dalle. Un pilier d'entrée était implanté perpendiculaire à l'orthostat sud, mais il a aujourd'hui disparu. Le tumulus qui enserre le dolmen à couloir fait environ 9 m de diamètre, il semble parementé au niveau de la façade du monument. Au nord, il est bordé de gros blocs non agencés qui semblent plutôt appartenir au substrat.


Plan du dolmen de la Casa di l'Urco

Au Sud-Ouest du dolmen, on distingue un alignement de blocs qui conduit à un coffre en dalles très ruinées, entouré d'un tumulus de pierre lui même ceinturé d'une couronne de blocs de 6 m de diamètre. Cette sépulture est plus ancienne que le dolmen, elle daterait du dernier tiers du Vème millénaire (d'environ 4357 à 4044 av. J.-C)

Le dolmen de la casa di l'Urca

C'est un petit dolmen à couloir enserré dans un tumulus de pierres. La chambre est composée de deux orthostats et d'un chevet légèrement débordant au Nord. Le couloir est construit à la fois en dalles (au Nord) et en pierre sèche (au Sud). Le tumulus, loin d'un vulgaire tas de pierre, présente des aménagements particuliers destinés à assurer la stabilité du monument : il est ceinturé au Nord, d'une double couronne de gros blocs tandis qu'au Sud et à l'arrière du chevet, il est parementé.
Aucun mobilier chronologiquement identifiable n'a été retrouvé dans ce monument (seulement des percuteurs en pierre et des éclats de quartz).

Plan du dolmen de la Casa di l'Urca

Deux coffres ont été inventoriés près de cette sépulture, ils sont datés du chalcolithique terrinien.
Un autre dolmen est situé sur le sommet du Monte Revincu mais je n'ai malheureusement pas pu le visiter faute de temps! En revanche j'ai pu photographier au musée de Sartène le mobilier de parure associé aux défunts de cette sépulture, il s'agit de 16 pendeloques en roche verte retrouvés dans le couloir.


Pendeloques de forme globuleuse en leptinite du dolmen sommital du Monte Revincu (Musée de Sartène)

Bibliographie :

- F. Léandri, C. Gilabert, F. Demouche "Les chambre funéraires des Vème et IVème millénaires av. J.-C : le cas de la Corse" in Les cistes de chamblandes et la place des coffres dans les pratiques funéraires du Néolithique moyen occidental, Mémoire de la Société préhistorique française, Tome XLIII, 2008, 364 p.

- F. Léandri, C. Gilabert, F. Demouche, P. Tramoni, L. Costa, C Jorda, A. Béraud, "le site du Monte Revincu (Santo-Pietro-di Tenda, Haute Corse) : contribution à la connaissance du Néolithique moyen de la Corse, in A. D'Anna, J. Cesari, I. OGel, J. Vaquer dir., Corse et Sardaigne Préhistoriques : relations et échanges dans le contexte méditerranéen, Actes du 28ème congrès des sociétés historiques et scientifiques, Bastia, 2003, p. 165-184.

- J. Guilaine, "Protomégalithisme, rites funéraires, et mobiliers néolithiques", in De la vague à la tombe : La conquête néolithique de la Méditerranée, Seuil, Paris, p 199 - 226.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire